Recherche - Projet en Cours

Dans la liste suivante se trouvent les projets qui sont développés actuellement dans le cadre du protocole de recherche du Centre Takiwasi.

1.
L'efficacité de l'Ayahuasca pour le traitement des toxicomanies en Amérique latine

Chercheur / Responsable : Brian Rush, Fernando Mendive, Sara García

Institution Collaboratrice : Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), Nierika.

Cette recherche vise à évaluer systématiquement les effets thérapeutiques et l'efficacité du traitement pour des toxicomanies développés et appliqués depuis plus de 20 ans par le Centre Takiwasi dans la région de San Martín, au Pérou, qui est basé sur la complémentation de la médecine traditionnelle amazonienne avec la psychothérapie moderne. Il s'agit d'une étude comparative et de prospective longitudinale qui comprend des méthodes mixtes. Un échantillon de 30 patients résidant à Takiwasi sera inclus. Les participants complètent les mesures quantitatives et mènent des entretiens qualitatifs au moment de l’'entrée et de la sortie du traitement, et aux 3, 6, 9 et 12 mois après la sortie. Les instruments mesurent la sévérité de la dépendance, la quantité et la fréquence de la consommation, la motivation pour le traitement, la santé mentale, la qualité de vie, la spiritualité et la satisfaction du service. Les entrevues exploreront en profondeur les expériences subjectives des patients dans le traitement et dans les mécanismes explicatifs possibles concernant l'efficacité du traitement. En outre, cette recherche comprendra une ethnographie du contexte thérapeutique de Takiwasi décrivant à la fois la localisation physique et les idées culturelles sur le problème et les processus de guérison chez le personnel de Takiwasi. Cette recherche fait partie d'un projet international de recherche appelé ATOP (Ayahuasca Treatment Outcome Project) dans lequel plusieurs pays américains (Brésil, Canada, Pérou, Mexique et Argentine) collaborent. Les résultats de cette recherche seront partagés avec ceux réalisés par d'autres pays afin d'évaluer conjointement l'efficacité de l'utilisation de la médecine traditionnelle amazonienne pour le traitement des toxicomanies au niveau transculturel.
Pour la présentation complète: Ayahuasca Treatment Outcome Project


2.
Transdisciplinarité interculturelle au Guatemala et au Pérou : plate-forme d'apprentissage Nord-Sud-Sud sur les systèmes de prestation de santé publique culturellement pertinents pour les populations autochtones

Chercheur / Responsable : Caroline Maake (Principal Investigator, Switzerland), Tatiana Paz Lemus (Guatemala), Juan Rubén Ruiz Zevallos (Peru)

Institution Collaboratrice : L'Université de Zurich (Faculté de médecine) dirige le projet en collaboration avec les conseils locaux du Pérou et du Guatemala, qui sont composés de institutions académiques, d'associations autochtones, de praticiens de la médicine traditionnelle ainsi que d'intervenants des secteurs de la santé publique des différents pays.

Malgré les efforts déployés par le passé, les soins de santé dispensés aux populations autochtones d'Amérique latine restent précaires. Ceci est démontré, entre autres, par leur probabilité de maladie et leur taux de mortalité plus élevés par rapport au reste de la population. Les causes sous-jacentes sont complexes. Cependant, le manque de coopération entre les systèmes médicaux divergents pratiqués parallèlement, à savoir la biomédecine occidentale et la médecine traditionnelle autochtone, peut être considéré comme un grand obstacle à l'amélioration des soins de santé dans ces pays. Dans notre projet, qui se concentre sur le Pérou et le Guatemala, nous créerons ainsi les conditions d’une plate-forme d’apprentissage interculturel complète qui prend en compte à la fois les concepts de la médecine traditionnelle autochtone et de la biomédecine conventionnelle. Pour ce faire, l’approche initial doit examiner et documenter de manière approfondie les principes fondamentaux de la médecine autochtone en matière de santé, de maladie et de traitement d'un point de vue médical et socio-scientifique. Une prochaine étape consistera en des approches centrées sur le patient, dans lesquelles le personnel médical occidental et les praticiens de la médecine traditionnelle établiront des collaborations médicales communes. Des ateliers d’accompagnement seront organisés pour les groupes d’intérêts concernés en tant qu’un cadre d’échange d’expériences, de communication transdisciplinaire et de développement de futurs concepts médicaux efficaces et intégratifs. Conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies, nous espérons que notre projet renforcera durablement les traditions locales, réduira les inégalités sociales, renforcera le droit à la santé et à l’éducation et, partant, favorisera la création de sociétés pacifiques et inclusives. Ce projet est financé par Swiss Programme for Research on Global Issues for Development (r4d programme).
Plus d’informations


3.
Détailler l'utilisation des plantas de purga à Takiwasi d'un point de vue botanique et culturel

Chercheur / Responsable : Nahuel Simonet

Institution Collaboratrice : Programme de BSc en biochimie, Université de Fribourg, Suisse.

A Takiwasi, centre de réhabilitation des toxicomanes et de recherche sur les médecines traditionnelles, à Tarapoto, au Pérou, certaines plantes spécifiques connues sous le nom de « plantas de purga », ont à la fois des effets purifiants et émétiques et sont utilisées à des fins de guérison. Le but de ce projet est de mener une recherche ethnobotanique sur la préparation et l'emploi de ces plantes à Takiwasi, car il s'agit d'un sujet qui n'a pas encore été abordé en profondeur dans la littérature ethnobotanique centrée sur Takiwasi. La littérature ethnobotanique sur la médecine traditionnelle amazonienne a accordé une attention limitée à l'utilisation des plantes émétiques et purifiantes au-delà de l'ayahuasca. Les objectifs généraux de cette recherche sont les suivants : a) procéder à l'identification botanique des plantes utilisées dans les purges ; b) décrire comment elles sont récoltées ou où elles sont achetées ; c) décrire comment elles sont préparées ; d) décrire comment elles sont administrées ; e) décrire les effets des plantes, leurs conséquences sur la purge et la guérison ; f) décrire pourquoi et quand elles sont administrées, dans quels cas elles sont recommandées. Un consentement éclairé sera obtenu auprès du personnel de Takiwasi. Le travail sur le terrain durera au total 3 mois. Les données seront collectées à travers une série d'entretiens semi-structurés avec des thérapeutes, des guérisseurs et des préparateurs de plantes au Centre Takiwasi. Ces entretiens avec des thérapeutes et des guérisseurs viseront à enregistrer des données sur les effets des plantes et leur finalité d'utilisation. La méthode d'observation participante sera utilisée pour compléter les données sur la préparation des plantes médicinales et sur leur administration dans les rituels de purge. Les données seront enregistrées au moyen d'un journal de terrain. Les noms des participants à la recherche resteront anonymes. Les entrevues seront enregistrées avec un enregistreur audio et transcrites textuellement. Elles seront ensuite codées en identifiant les principaux thèmes liés à l'efficacité et aux propriétés des plantes. L'analyse des données visera à capturer la compréhension et l'utilisation de chaque plante, y compris les dimensions de la guérison spirituelle et la façon dont elles sont utilisées et le rôle qu'elles jouent dans la cérémonie. Concernant l'aspect botanique, les plantes seront identifiées par leur nom scientifique, leur appellation locale, la partie utilisée, le mode de préparation et d'administration. Dans cet herbier, des plantes ou des parties de plantes seront collectées, encadrées par date, lieu et observation, séchées et envoyées aux botanistes péruviens pour identification. Pour obtenir le nom local et décrire comment les plantes sont cultivées, récoltées et préparées, l'observation participante sera effectuée en accompagnant les membres du personnel alors qu'ils sont engagés dans le processus de culture et de récolte des plantes.


4.
Musique et chamanisme de l’ayahuasca: la politique de l'indigénéité et du tourisme culturel dans la région Huallaga du Pérou

Chercheur / Responsable : Owain J. Graham

Institution Collaboratrice : Candidat au doctorat, Ethnomusicologie, Université de Californie Riverside, États-Unis.

Le tourisme fait partie intégrante de l’économie péruvienne et son importance devrait continuer de croître. En tant que tel, il est de plus en plus important d’étudier et de comprendre les rencontres interculturelles engendrées par le tourisme et les effets de ces rencontres aux niveaux local et international. À cette fin, le projet en cours est axé sur le tourisme chamanique centré autour de la ville de Tarapoto, au Pérou, et de la ville voisine de Lamas, à l’extrémité nord de la région de la vallée de la rivière Huallaga. Cette étude cherche à comprendre le fonctionnement du tourisme chamanique (processus circulaire ou autre) dans le cas de la vallée de Huallaga au Pérou. Ainsi, le but de cette étude est (1) d’enquêter sur les motivations des touristes et des hôtes participant aux rituels et cérémonies chamaniques, (2) d’enquêter sur les spécificités des modifications apportées à la musique et à la structure rituelles et à la logique de ces modifications (3) étudier les processus du tourisme chamanique à la fois localement, dans la région autour de Tarapoto, et dans la vie des touristes lorsqu'ils rentrent chez eux. Les principales questions qui orientent ces objectifs de recherche sont les suivantes : Étant donné que ces rituels sont exportés à travers les réseaux de tourisme, quels sont les facteurs actifs dans la communauté locale et les rencontres au sein d'espaces rituels qui déterminent la ou les versions des pratiques chamaniques exportées ? Quelles sont les préoccupations politiques, culturelles et économiques qui influent sur ces déterminations à chaque phase du processus de tourisme ? Si les données rassemblées dans cette étude suggèrent un processus circulaire à l'œuvre dans le tourisme chamanique, comment la phase de tour affecte-t-elle et chevauche-t-elle les phases de post-tour et de pré-tour, façonnant la manière dont le tourisme est pratiqué à mesure que le processus se propage ? Comment le tourisme façonne-t-il les discours internationaux et la compréhension du chamanisme et de l'indigénéité sud-américains ? Comment le tourisme chamanique figure-t-il dans les processus actuels de « réindigénisation » alors que la région de Huallaga se remet non seulement de son histoire de colonisation, mais également de la violence politique plus récente qui a conduit les manifestations d'indigénéité dans la clandestinité. En se concentrant sur le rôle de la musique et des rituels dans le processus de production culturelle dans la zone frontalière du tourisme chamanique, cette recherche vise à combler un certain nombre de lacunes dans la littérature existante sur le chamanisme et le tourisme de l'ayahuasca à l'heure actuelle. Ce projet est basé sur l'ethnographie d'observation participante. Il s’agit principalement d’une étude qualitative, mais elle rassemblera des informations démographiques auprès des participants afin de mieux comprendre qui est impliqué dans le tourisme chamanique et pourquoi.


5.
Description de la diète au centre Takiwasi du point de vue des participants

Chercheur / Responsable : Tereza Rumlerová

Institution Collaboratrice : Candidat au doctorat, Département de psychologie, Université Palacky, Olomouc, République tchèque.

Le chemin qui mène à la connaissance de soi, de ses propres expériences, de ses rêves et de sa mission de vie est une chose que beaucoup de gens recherchent aujourd'hui. Certains se lancent dans un voyage vers la conscience de soi en se rendant dans plusieurs centres proposant yoga, méditation et bien plus encore. Parmi les autres formes de connaissance de soi sont les méthodes qui induisent des états altérés de conscience. L'Ayahuasca est une boisson hallucinogène de la médecine traditionnelle amazonienne souvent utilisée en République tchèque. Certains se rendent en Amazonie pour en faire l'expérience. Mais si nous voulons en apprendre davantage sur la médecine traditionnelle amazonienne, nous constatons que la plupart des guérisseurs perçoivent la diète comme la clé pour traiter de nombreux problèmes de santé physique et mentale. La diète est une pratique jusqu'ici peu étudiée dans le domaine scientifique. Elle comprend l'ingestion de plantes maîtresses qui jouent un rôle clé dans le processus et sont ingérées dans une condition d’isolément dans une petite hutte, où les participants passent sept jours avec un régime alimentaire très strict. Cette recherche fournira une description complète de cette méthode, en se concentrant sur les effets perçus au cours du processus, les expériences vécues pendant la diète et sa perception à long terme. L'acquisition des données se fera par le biais d'entretiens semi-structurés, d'une analyse de documents écrits (lettres de motivation et protocoles) et de ses propres observations.


6.
Exploration des perceptions de « la purge » au sein des rituels d'Ayahuasca dans le contexte de la toxicomanie : une étude qualitative avec des guérisseurs et des thérapeutes dans un centre de réhabilitation pour toxicomanes au Pérou

Chercheur / Responsable : Svet Lustig Vijay

Institution Collaboratrice : Étudiante à la maîtrise en santé publique à la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), Royaume-Uni.

À travers des entretiens en face à face avec des thérapeutes, des guérisseurs et des préparateurs de plantes au Centre Takiwasi, et une analyse secondaire des données des expériences vécues de patients atteints de troubles liés à l'utilisation de substances (TUS), l'étude proposée vise à analyser les perceptions et les récits de thérapeutes, guérisseurs et patients, sur « la purge » au sein de la cérémonie de l'Ayahuasca dans le contexte de la toxicomanie. À la connaissance de l'auteur, aucune étude de ce type n'a encore été menée à ce jour. Étant donné que l'étude proposée vise à explorer les perceptions et les récits autour de la purge lors des rituels d'Ayahuasca chez les guérisseurs, les thérapeutes et les patients atteints de TUS, il semble raisonnable de s'abstenir de formuler des hypothèses spécifiques, comme c'est souvent le cas dans la recherche conventionnelle de tests d'hypothèses principalement quantitatifs. Cependant, l'analyse préliminaire du matériel publié par le Centre Takiwasi et l'expérience antérieure du chercheur à Takiwasi suggèrent que les thérapeutes, les guérisseurs et les préparateurs de plantes peuvent percevoir « la purge » en termes de ses effets sur (A) le « corps physique », détoxifiant le corps des substances addictives (B) le « corps psycho-émotionnel », par la relaxation émotionnelle après des vomissements intenses, qui est censée libérer des charges psychologiques, des émotions ou des attitudes négatives (C) l'« esprit » ou le « corps énergétique », « purifiant » le corps des mauvais esprits dont on dit parfois qu'ils possèdent le patient.


7.
Traiter l’addiction avec la médecine amazonienne : Protocole d’évaluation du processus des 6 points-clés de cette thérapie

Chercheur / Responsable : Anne Denys

Institution Collaboratrice : Association française d'ethnopharmacologie, Ecole de santé publique de l'Université de Nancy et Laboratoire de recherche APEMAC à Metz - France.

En Amérique du Sud, des thérapies intégrant des techniques de médecine traditionnelle pour le traitement des addictions se sont développées. La littérature suggère que 6 points-clés sous-tendent une de ces thérapies : le vécu de mort initiatique, l’évacuation d’une charge émotionnelle, la découverte de sa vocation, la reconnaissance de sa responsabilité, du caractère sacré de la vie ou de la nature, et que seul l’usage rituel de substances psychoactives naturelles peut être bénéfique. L’objectif est de tester la validité de ces 6 points-clés et de démontrer, pour chaque point-clé, que les patients atteignant le point-clé ont des résultats de suivi meilleurs que ceux des autres patients à un an post-traitement.


8.
Perfumeros

Chercheur / Responsable : Antoine Renard

Institution Collaboratrice : Chercheur indépendant avec le soutien du Centre National des Arts Plastiques – CNAP, France.

Après avoir participé à un séminaire de deux semaines offert par le Centre Takiwasi au cours duquel il a pu expérimenter sa méthodologie de travail et de traitements avec les plantes, le chercheur et plasticien a été frappé par l'importance du rôle des parfums et des odeurs dans les techniques de soin. Les thérapeutes, ici appelés ici Curanderos (guérisseurs), se divisent en plusieurs dénominations selon le type de produits qu’ils utilisent et leur savoir-faire. Les Perfumeros sont des guérisseurs spécialisés dans la fabrication et l'utilisation du parfum à des fins thérapeutiques. L'objectif de ce projet de recherche est de se rendre en Amazonie pour observer et suivre le travail des Parfumeurs au sein du Centre Takiwasi et dans les communautés alentours. Les parfumeurs de la région de San Martín sont des guérisseurs traditionnels qui utilisent plantes et parfums comme outils de soin dans le traitement de troubles sévères du comportement et de la personnalité, comme les addictions et autres traumatismes psychologiques. Les plantes, par le biais du parfum, sont un outil de voyage et d’exploration de la mémoire profonde du corps dans le but de localiser et d’extraire les nœuds affectifs et émotionnels, qui souvent sont les symptômes de traumatismes liés à des situations oppressives, des injustices, qu'elles soient d’origine familiale, sociale ou culturelle. Au cours de la recherche, du matériel visuel, sonore et olfactif sera collecté tout en observant les implications de ces rituels sur l’organisation de la vie des habitants de la région et le développement individuel des patients du centre.